Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 avril 2008 1 07 /04 /avril /2008 22:11

 


Tout homme a ses douleurs. Mais aux yeux de ses frères

Chacun d'un front serein déguise ses misères.

Chacun ne plaint que soi. Chacun dans son ennui

Envie un autre humain qui se plaint comme lui.

 

 Nul, des autres mortels, ne mesure les peines

Qu'ils savent tous cacher comme il cache les siennes

Et chacun, l'oeil en pleurs, en son coeur douloureux

Se dit : - Excepté moi, tout le monde est heureux.

- Ils sont tous malheureux. Leur prière importune

Crie et demande au ciel de changer leur fortune.

Ils changent; et bientôt versant de nouveaux pleurs,

Ils trouvent qu'ils n'ont fait que changer de malheurs
.


 

A.CHENIER

Repost 0
Published by krislizz - dans lectures
commenter cet article
31 mars 2008 1 31 /03 /mars /2008 21:27

 

                                                                                                                                     

         

Portrait des Français

 

 

Tous vos goûts sont inconséquents :

Un rien change vos caractères ;

Un rien commande à vos penchants.

Vous prenez pour des feux ardents

Les bluettes les plus légères.  

 

La nouveauté, son fol attrait,

Vous enflamment jusqu'au délire :

Un rien suffit pour vous séduire

Et l'enfance est votre portrait.

Qui vous amuse, vous maîtrise ;

Vous fait-on rire ? On a tout fait !

Et vous n'aimez que par surprise.

Vous n'avez tous qu'un seul jargon,

Bien frivole, bien incommode.

Si la raison était de mode,

Vous auriez tous de la raison.

  

 

Fanny de BEAUHARNAIS (1738-1813)

  

L’auteur

 

Fanny de Beauharnais, (1738, Paris - 1813), épouse fort jeune du comte de Beauharnais, oncle d'Alexandre de Beauharnais et de François de Beauharnais, dont elle fut obligée de se séparer.

 

Elle cultiva la littérature avec passion et admit dans sa familiarité plusieurs gens de lettres, entre autres Claude Joseph Dorat et Michel de Cubières-Palmézeaux.

 

Elle a composée des Poésies (Paris, 1772) et des romans oubliés selon Marie-Nicolas Bouillet dès la fin du XIXe siècle.

  



 
 


       
   



















Repost 0
Published by krislizz - dans poésies
commenter cet article
30 mars 2008 7 30 /03 /mars /2008 21:37

 

   

Rêverie

 

Qu'importe qu'en un jour on dépense une vie

Si l'on doit en aimant épuiser tout son coeur,

Et doucement penché sur la coupe remplie

Si l'on doit goûter le nectar du bonheur.

 

Est il besoin toujours qu'on achève l'année?

Le souffle d'aujourd'hui flétrit la fleur d'hier;

Je ne veux pas de rose inodore et fanée;

C'est assez d'un printemps, je ne veux pas d'hiver.

 

Une heure vaut un siècle alors qu'elle est passée;

Mais l'ombre n'est jamais une soeur du matin

Je veux me reposer avant d'être lassée;

Je ne veux qu'essayer quelques pas du chemin.

 

ELISA MERCOEUR

 

 

Élisa Mercœur, poétesse française, née à Saint-Sébastien-sur-Loire le 24 juin 1809, décédée à Paris le 7 janvier 1835.

 


                                                                              
 La rêverie est le dimanche de la pensée.  
                                                            
    
Henri Frédéric Amiel                                      
                                                                           

Repost 0
Published by krislizz - dans poésies
commenter cet article
29 mars 2008 6 29 /03 /mars /2008 12:46

 

 

 

 

La vie est un mystère

 

 

                                               

 

"La vie est une chance, saisis-la.

 

La vie est beauté, admire-la.

 

La vie est béatitude, savoure-la

 

La vie est un rêve, fais-en une réalité.

 

La vie est un défi, fais lui face.

 

La vie est un devoir, accomplis-le.

 

La vie est un jeu, joue-le.

 

La vie est précieuse, prends-en soin.

 

La vie est richesse, conserve-la.

 

La vie est amour, jouis-en.

 

La vie est mystère, perce-le.

 

La vie est promesse, remplis-là.

 

La vie est un hymne, chante-le.

 

La vie est un combat, accepte-le.

 

La vie est une tragédie, prends-la à bras-le-corps.

 

La vie est aventure, ose-la.

 

La vie est bonheur, mérite-le.

 

La vie est la vie, défends-la."

 

                                                 

 

 


        Mère Thérésa ( 1910-1997)   





           
                              








 
Repost 0
Published by krislizz - dans lectures
commenter cet article
23 mars 2008 7 23 /03 /mars /2008 15:23

Faux-semblant                     accueil-sud-caroline-signe---73068821.jpg  faux-semblant.jpg

Maître incontesté du roman à suspens, Sandra Brown est l'un des auteurs américains les plus lus de ces dix dernières années.

 Elle n'a pas son pareil pour construire des intrigues menées à un rythme haletant,  habitées de personnages pétris d'authenticité.  Faux-semblant,  ne les démentira pas.

 Une voiture écrasée au fond d'un ravin. La passagère et son bébé sont indemnes. Un accident ? Avant même d'être interrogés, tous deux auront fui l'hôpital qui les a recueillis. Qu'est ce qui fait courir Kendall ? A qui cherche-t-elle à échapper ? Pourquoi sa vie en Caroline du Sud, où elle est venue s'installer, vit elle un  cauchemar ?  

Jeune avocate, elle s'est éprise du célibataire le plus en vue de la ville et l'a épousé... Un bonheur éphémère car, très vite tout s'est déréglé. Elle a peu à peu décelé autour d'elle un monde de secrets et de mensonges. Elle a été témoin d'un meurtre. Elle a compris que personne dans son entourage, à commencer par l'homme qu'elle aimait, ne lui montrait son vrai visage. 

 Il lui faut désormais fuir pour sauver sa vie et celle de son enfant.  Mais elle-même... N'a-t-elle jamais triché ? Kendall a plongé, sans le savoir, au coeur d'une sombre conspiration. Jusqu'au meurtre dont-elle a été le témoin et qui la condamne, à son tour, à disparaître. Traquée, il faut désormais survivre et se battre. Seule. Pour que justice soit faite et que son enfant soit sauvé.  

Sandra Brown frappe très fort avec cette intrigue fertile en rebondissements, où les bons et les méchants ne sont pas forcément ceux que l'on croit.

Un roman que vous ne lâcherez pas et vous aurez hâte de connaître le dénouement. AA052253.jpg









Repost 0
Published by krislizz - dans lectures
commenter cet article
19 mars 2008 3 19 /03 /mars /2008 18:56

fleur.gif

Le plaisir étant éphémère, et le désir durable, les hommes sont plus facilement menés par le désir que par le plaisir.

Gustave Le Bon

 La vie est un papillon éphémère arborant les ailes du paradoxe.  
 Benoît Gagnon  
 Si les plaisirs sont passagers, les peines le sont aussi.  
 Giovanni Casanova  
 Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours.  
  Gandhi 
 Fiez-vous aux rêves car en eux est cachée la porte de l'éternité.  
  Khalil Gibran  

 

 

 Quelle plus haute définition de la poésie que celle-ci d’Adonis:

"Toute mon œuvre de poète repose sur cette conviction que l’art, la poésie n’expriment pas l’existence ou l’être humain mais les complètent. Exprimer une chose, c’est toujours n’en dire qu’une partie, fort heureusement d’ailleurs. Quand je parle, je ne m’exprime pas, je me projette. La poésie, l’art, sont donc un prolongement de l’existence. Par eux, je ne cherche pas à reproduire la réalité ni même à la saisir, mais à en inventer une autre qui va éclore et continuer à se déployer hors et en avant de celle dont elle vient."

La poésie est son propre chemin, son unique but. Elle est le monde.

"La poésie rend la vie sur terre plus belle, moins éphémère et moins misérable. La guerre, lutte collective, relève de l’esprit de troupeau et fait régresser l’homme vers la barbarie et l’inhumanité".

Je sais, l'invisible est cette rose,
l'invisible est cette femme,
et le visage est l'envers du ciel

je sais, nuage par nuage
mes ciels remontent des paradis terrestres,
bienvenue alors à l'histoire

et à ses atomes de poussière,
l'éphémère, comment peut-il désespérer
alors que le vent est son chemin…
 

 

 

     <div><object width="456" height="387"><param name="movie" value

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by krislizz - dans poésies
commenter cet article
15 mars 2008 6 15 /03 /mars /2008 12:07
panique-image-copie-2.jpg


Panique      

Nouveau maître du polar américain,
Jeff Abbott signe un thriller haletant , qu’il vous sera impossible de lâcher.

L’histoire :

Tout va pour le mieux pour Evan Casher : sa carrière de documentariste est en train de décoller et il file le parfait amour avec Carrie. Jusqu’au jour où sa mère lui demande de venir la retrouver d’urgence.
Lorsqu’il arrive chez ses parents, sa vie bascule : sa mère a été sauvagement assassinée et lui-même échappe de peu à un meurtre.
Poursuivi par de mystérieux tueurs, Evan découvre que beaucoup de choses dans sa vie ne sont que mensonges…
Il s'engage alors dans une quête périlleuse pour découvrir la vérité sur lui-même et sur son passé afin de se réapproprier la vie qu'on lui a volée. Les coups de théâtre s’enchaînent à un rythme étourdissant dans ce roman qui tient le lecteur en haleine jusqu’à la dernière page.

Impressions :

Avide de rebondissements, j'ai adoré ce thriller. L’auteur, avec une imagination riche et toujours structurée, utilise les rouages classiques du monde de l'espionnage et ne laisse rien au hasard ; pourtant le rythme est toujours haletant de la première à la dernière page.
Bref un roman passionnant pour les adeptes de secrets bien gardés.

Morceau choisi :

 - La chance a voulu que tu viennes frapper à ma porte et que tu m'aides. Mais je veux que tu te réveilles et que tu voies le monde tel qu'il est, parce que tu ne sais pas ce que c'est qu'être dans la merde, vraiment dans la merde. Je t'ai fait confiance parce que je n'avais pas le choix. Toi, tu me fais confiance alors que tu as le choix, Evan. Tu as d'autres amis que tu pourrais appeler, des types plus malins que moi. N'accorde ta confiance[... ]

Panique est un thriller astucieux, sur fond de complots entre CIA, MI5 et agences de renseignements privées.
 Son héros, un enfant unique brillant et surprotégé, est brutalement confronté à l’envers d’un modèle de réussite sociale aux valeurs profondément dégradées.

Le Cherche Midi.

Bonne lecture.

 
Biographie de l'auteur :

Jeff Abbott est né à Dallas. Licencié en histoire et en lettres, il consacre tout son temps à l'écriture.
 Il vit à Austin avec sa femme et ses deux enfants.
Panique est son premier roman publié en France. 

 

 

 red-panic-copie-1.jpg

 

 

 

  

 


 

 
Repost 0
Published by krislizz - dans lectures
commenter cet article
12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 21:39

vote

Pour ce Blog

Copie le lien de droite dans ton navigateur

http://www.AbcPromoBlog.com/vote.php?blog=11935

suter_ami.jpg

Martin SUTER - Un ami parfait



Martin SUTER nous livre un roman construit comme un policier à suspense. Il aborde son thème favori : la perte d’identité du héros et ce dernier va tenter de rassembler les morceaux du puzzle : son moi dispersé et le reconstituer.

 L’auteur nous entraîne dans les méandres du cerveau et de la mémoire. Le personnage constatera aussi que l'oubli est parfois nécessaire.

L’histoire :


Lorsqu’il ouvre les yeux pour la première fois, Fabio Rossi, un jeune journaliste d’origine italienne, âgé d’une trentaine d’années, sent à peine son visage. Il ne sait plus où il se trouve et ne reconnaît pas les personnes qui défilent autour de lui. Fabio souffre d’une amnésie qui a effacé cinquante journées de sa mémoire.

Il ignore par exemple qui est la belle blonde en larmes à son chevet et devine que c'est la nouvelle femme de sa vie alors qu'il pensait aimer Norina. Il apprend aussi qu'il avait donné sa démission de ce journal du dimanche dans lequel il passait la plus grande partie de son existence. Il comprend enfin qu'il n'a pas eu d'accident mais qu'on a essayé de le faire taire. Pourquoi? C'est ce qu'il tente de percer à jour en enquêtant sur les semaines précédant l'agression.

Ni Fabio, ni le lecteur ne savent véritablement quel « autre » Fabio Rossi ils découvriront au bout du compte.

 Peu à peu,  des îlots de mémoire vont émerger de l'océan d'oubli…

Autour de la question de l'identité, un bon roman, étonnant, captivant.

L'intrigue est  bien menée, efficace. Tandis que Fabio nage dans l’illusion, qu’il tente de comprendre son histoire, d’après les références acquises dans sa vie passée, nous avons hâte,  en découvrant petit à petit le vrai personnage, d’en savoir davantage.

Si vous lisez ce livre vous l’aimerez  et peut être traquerez-vous vos propres souvenirs enfouis dans votre mémoire ?

Du même auteur : La face cachée de la lune ou Small World. 

Un commentaire ?




Repost 0
Published by krislizz - dans lectures
commenter cet article
10 mars 2008 1 10 /03 /mars /2008 21:31

  

http://www.AbcPromoBlog.com/vote.php?blog=11935      

 
thumb_mains-amour-autres-arbres-france-4723932148-921733.jpg

Si tu aimes les poésies de mon blog ou que tu apprécies les citations et résumés de lectures,

Alors copie et colle le lien dans ton navigateur et vote pour ce blog.

Merci.

 

 http://www.AbcPromoBlog.com/vote.php?blog=11935   

 

 

UN BIENFAIT ACCORDE AVEC BIENVEILLANCE

ENGENDRE  L'AMOUR." DES UNS ET DES AUTRES
 
LAO TSEU

      Rêvons...                                                                                       Sunrise_pond.gif

                                                                                                                                           Sun_and_moon_rise.gif                                                                                                                              

   


 

L'offrande lyrique

 

 

Là où l'esprit est sans crainte et où la tête est haut portée,

Là où la connaissance est libre,

Là où le monde n'a pas été morcelé entre d'étroites parois mitoyennes,

Là où les mots émanent des profondeurs de la sincérité,

Là où l'effort infatigué tend les bras vers la perfection;

Là où le clair courant de la raison ne s'est pas mortellement égaré dans l'aride et morne désert de la coutume,

Là où l'esprit guidé par toi s'avance dans l'élargissement continu de la pensée et de l'action -

Dans ce paradis de liberté,

Mon père, permets que ma patrie s'éveille.

R. Tagore, Gitanjali, traduction française d'André Gide

Repost 0
Published by krislizz - dans poésies
commenter cet article
7 mars 2008 5 07 /03 /mars /2008 22:11
 Si vous venez de découvrir  une poésie que vous ne connaissiez pas, si vous l'aimez; alors cliquez sur le lien et  votez , merci : http://www.AbcPromoBlog.com/vote.php?blog=11935
                                              
la-po-sie-de-l-instant.jpg

Et la mer et l'amour ont l'amer pour partage  

 

 Et la mer et l'amour ont l'amer pour partage,
Et la mer est amère, et l'amour est amer,
L'on s'abîme en l'amour aussi bien qu'en la mer,
Car la mer et l'amour ne sont point sans orage.


Celui qui craint les eaux qu'il demeure au rivage,
Celui qui craint les maux qu'on souffre pour aimer,
Qu'il ne se laisse pas à l'amour enflammer,
Et tous deux ils seront sans hasard de naufrage.


La mère de l'amour eut la mer pour berceau,
Le feu sort de l'amour, sa mère sort de l'eau,
Mais l'eau contre ce feu ne peut fournir des armes.


Si l'eau pouvait éteindre un brasier amoureux,
Ton amour qui me brûle est si fort douloureux,
Que j'eusse éteint son feu de la mer de mes larmes.
Pierre de Marbeuf (1596-1645) 

 


   

La vague ignore le repos 

La nuit aime le jour radieux

Il est beau de dire "je veux"

Mais "j'aime" est encore plus beau.

FriederichNietzsche

 

Le phare illumine les mers. Le fard enlumine les filles

Alphonse Allais

Les mots sont comme les abeilles : ils ont le miel et l'aiguillon. 

 

cbhj1ey4.gif 

On apprend l'eau - par la soif

La terre - par les mers qu'on passe

L'exaltation - par l'angoisse -

La paix - en comptant ses batailles -

L'amour - par une image qu'on garde

Et les oiseaux - par la neige

Emily Dickinson

 

  

 

Repost 0
Published by krislizz - dans lectures
commenter cet article